Arrêtons-nous quelques minutes Porte Maillot au cœur du Palais des congrès,  pour découvrir deux des innovations à dominante technologique présentées par BNP Paribas dans son village de l’Innovation (Hall of Next)  : la Box Habit@t ou « comment prévenir des sinistres importants à votre domicile ?», et « Nao », un robot humanoïde qui vient en aide à la personne.

 

La Box Habit@t de Cardif : pour obtenir un plombier avant que vous n’appeliez !

Cardif boxhabit@t

Cardif a lancé en Italie et en février 2014 une offre basée sur une Box assurance, “Habit@t” qui comporte des capteurs d’eau, de fumée et de panne électrique qui permettent de faire intervenir chez le client et en tout début de détection de sinistre, un plombier ou tout autre technicien. La vraie particularité de cette offre est dans sa composition : de la surveillance et de l’assistance dans un contrat d’assurance habitation.

 

En cas d’inondation, d’incendie ou de problèmes sur le réseau électrique :

  • un signal de détresse (mail, sms, téléphone) est envoyé au client et à la station de surveillance, 
  • des artisans (par exemple, plombier, électricien, serrurier, vitrier) sont dépêchés sur place et une assistance est mise en place, 
  • les coûts d’intervention seront supportés par Cardif.

Le but affiché par Cardif vise à limiter la gravité des sinistres « habitation » en détectant le plus rapidement possible le sinistre afin de le circonscrire voire de le réparer avant qu’il ne cause des dégâts.

A cela, il faut ajouter deux autres bénéfices pour le client :

  • L’accompagnement de la réparation de la cause du sinistre est pris en charge par Cardif,
  • Le client est affranchi à la fois de la recherche d’un artisan pour effectuer la réparation et des procédures administratives associées.

Un robot Humanoïde qui vient en aide à la personne

Roméo aide la personne dépendante ou âgée dans sa vie quotidienne

 BNP Paribas Cardif étudie les perspectives de développement de services d’accompagnement des personnes dépendantes autour de NAO, un robot humanoïde de moins de 60 cm développé et commercialisé par l’entreprise française Aldebaran.

Pour l’heure, l’assureur effectue des études sur les domaines de : la vidéo surveillance, la santé (rappel de la prise de médicaments), ou la gestion de la dépendance.

Le Robot Nao, commercialisé par l’entreprise française Aldebaran Robotics depuis 2008 et vendu à près de 5000 exemplaires dans le monde, est né en 2006. « …Cet humanoïde de 58 centimètres de hauteur, conçu pour être «un nouveau membre de la famille», se déplace, écoute et parle! «Il est aussi capable de reconnaître son interlocuteur, de l’appeler par son prénom et d’apprendre, par exemple, ses goûts musicaux et culinaires. Demandez-lui de vous apprendre les tables de multiplication et il le fera», assure Aldebaran Robotics sur son site Internet. »

Pour la première fois, Aldebaran Robotics a exposé le 19 mars dernier  au salon de la robotique Innorobo de Lyon, un frère de Nao, Romeo (1,40 m) qui est présenté pour 2017- 2019 comme «un véritable assistant et compagnon personnel» des personnes âgées dans les maisons de retraites. Développé depuis 2009, le projet s’est structuré autour de Cap Robotique, une association de 21 entreprises, au sein du pôle de compétitivité Cap Digital. Sur ces cinq dernières années, Roméo a vu ses capacités et ses caractéristiques augmenter. Il n’existe aujourd’hui que 4 exemplaires de Roméo, tous destinés à des organismes de recherche européens qui l’utiliseront comme plate-forme de recherche.

ROMEORoméo, 40kg en fibre de carbone et en caoutchouc, serait capable d’assister des personnes âgées :

  • en ouvrant les portes,
  • en  notant les rendez-vous de son interlocuteur,
  • en rappelant d’acheter du lait avant d’aller faire les courses ou encore en l’aidant à faire à manger,
  • un doute sur les traitements à prendre? Romeo consultera l’ordonnance qu’il a enregistrée et pourra lui rappeler la posologie des médicaments à prendre,
  • et si le robot s’inquiète de l’état de son patient, il pourra contacter le centre de téléassistance qui prendra le contrôle de l’humanoïde pour évaluer la situation.

D’ores et déjà il parle, marche et voit en 3D.

Avant d’arriver dans les maisons de retraites en 2017-2019, il reste encore à améliorer ses qualités d’interactions avec les êtres humains. Romeo peut avoir de courtes conversations, nourries d’informations récoltées sur les réseaux sociaux mais aussi via les mails et les contacts du carnets d’adresse. Ainsi, le robot peut exploiter la biographie, les relations et l’agenda de son interlocuteur pour mener à bien des discussions. Des travaux ont également été menés sur l’interaction émotionnelle de Romeo, c’est-à-dire le comportement qu’il doit avoir selon les émotions détectées dans la voix de son interlocuteur. Cette innovation n’est cependant pas encore opérante, indique un article du figaro.

Finalement, que ce soit à travers des humanoïdes ou des automates, la robotique intéresse de près le monde de l’assurance. L’AG2R La Mondiale, à titre d’illustration, est le premier contributeur privé du fonds Robolution Capital, qui a réuni 80 millions d’euros pour investir dans la robotique de service.

Je vous invite donc à suivre les aventures de NAO, Roméo et tous les autres Robots dans le monde de l’Assurance et de l’Aide à la personne dans nos prochains articles de notre  notre blog InsuranceSpeaker.